Mener des Recherches Scientifiques

SOUMETTRE VOTRE PROPOSITION

Résumé

La science se nourrit de sources de données de haute qualité. Bien que les méthodes phénoménologiques informent la recherche scientifique sur l’expérience subjective, la qualité des données qui peuvent découler des méthodes à la première personne est fortement influencée par la capacité humaine à soutenir l’attention, hélas cette capacité est très limitée pour une grande partie des gens. Afin de fournir à la science des méthodes d’étude de l’esprit plus reproductibles et à haute résolution, le Centre pour la Recherche Contemplative (CCR) a mis en place des observatoires contemplatifs, dans lesquels les aspirants contemplatifs suivent des milliers d’heures de formation à temps plein afin d’acquérir des capacités d’attention et une acuité introspective exceptionnelles. En encadrant d’abord le concept d’information sémantique comme un pont conceptuel qui relie toute la recherche scientifique au domaine subjectif, cet essai répond ensuite à deux questions : Pourquoi les scientifiques devraient-ils travailler avec des contemplatifs formés professionnellement, et en quoi les contemplatifs du CCR sont-ils uniques ?

Les contemplatifs professionnels fournissent l’accès à la plus haute résolution du monde aux processus fondamentaux qui créent l’information sémantique – les processus par lesquels le sens est extrait de notre monde, et dont tous les concepts, scientifiques ou autres, sont dérivés. Pour cette raison, les contemplatifs professionnels fournissent les meilleures sources de données concernant les phénomènes subjectifs tels que les pensées, les émotions, les souvenirs et la conscience. L’une des plus grandes contributions scientifiques que les contemplatifs peuvent apporter est d’aider à clarifier la nature et le potentiel de la conscience et du bien-être authentique. Les contemplatifs du CCR sont uniques en ce sens qu’ils participent à des retraites à plein temps, méditant 8 à 12 heures par jour sous la direction d’instructeurs de renommée mondiale et dans des environnements de retraite exceptionnellement propices, tout en restant ouverts à une collaboration longitudinale avec la communauté scientifique. Ils sont également issus de milieux divers, ce qui démontre que les effets de la méditation ne sont pas exclusifs à une race, un groupe d’âge, un sexe, une ethnie, une culture ou un système de croyances.

PDF téléchargeable de l’essai complet.

Un Pont vers le Domaine Subjectif

En tant que scientifiques, nous recherchons les meilleures sources de données. Le champ de cette quête s’élargit à mesure que le champ de la science elle-même s’élargit pour englober une partie plus ample de la réalité et de l’expérience humaine : Le pôle sujet of experience – longtemps subordonné au pôle objet de l’expérience – est de plus en plus considéré comme faisant partie du domaine scientifique. Après avoir étudié les objets externes pendant la majeure partie de l’histoire de la science, les scientifiques se tournent de plus en plus vers l’intérieur, en essayant d’expliquer nos expériences internes que sont les pensées, l’attention, les émotions et autres phénomènes subjectifs.

Il devient de plus en plus utile, voire nécessaire, pour les scientifiques d’identifier les sources de données qui permettront de mieux comprendre le pôle sujet de l’expérience, y compris la conscience. La mécanique quantique a démontré l’infaisabilité d’une vision du monde qui postule que les phénomènes objectifs existent indépendamment de toute observation subjective. Cette idée a été exprimée il y a longtemps par le physicien Max Planck, lauréat du prix Nobel (Sullivan, 1931) –

Je considère la conscience comme fondamentale. Je considère la matière comme dérivée de la conscience. Nous ne pouvons pas passer outre la conscience. Tout ce dont nous parlons, tout ce que nous considérons comme existant, postule la conscience.

– et, des décennies plus tard, par le physicien Bernard d’Espagnat, lauréat du prix Templeton (1979) –

La doctrine selon laquelle le monde est constitué d'objets dont l'existence est indépendante de la conscience humaine se révèle être en contradiction avec la mécanique quantique et avec les faits établis par les expériences.

– et plus récemment par Andrei Linde (1998), lauréat du Prix de Physique Fondamentale :

Ne va-t-il pas s'avérer, avec le développement de la science, que l'étude de l'univers et l'étude de la conscience seront inséparablement liées, et que le progrès ultime dans l'une sera impossible sans progrès dans l'autre ? Après le développement d'une description géométrique unifiée des interactions faibles, fortes, électromagnétiques et gravitationnelles, la prochaine étape importante ne sera-t-elle pas le développement d'une approche unifiée de notre monde entier, y compris le monde de la conscience ?

Il est compréhensible que de nombreux scientifiques ne voient pas immédiatement un moyen d’étudier directement le pôle sujet de l’expérience, car les outils de la science ont été conçus pour étudier des phénomènes objectifs, physiques et quantifiables. L’expérience subjective, d’autre côté, ne semble pas avoir de propriétés physiques communes comme la masse, la température, le volume, l’élan ou la position.

Heureusement, les scientifiques travaillent déjà avec un phénomène qui constitue une porte d’entrée dans le domaine subjectif. Ce phénomène est l’information sémantique, également appelée information dans la suite de ce document. Outre les concepts de matière, d’énergie, d’espace et de temps, les scientifiques considèrent de plus en plus l’information comme une facette essentielle de la science. Par exemple, les informaticiens travaillent avec du matériel informatique, mais ils s’intéressent surtout à la manière dont ces systèmes informatiques traitent l’information. Et certains physiciens ont conclu que l’information est si fondamentale pour notre description de la réalité qu’il est insensé d’établir une distinction entre réalité et information (Zeilinger, 2004) :

On peut être tenté de supposer que chaque fois que nous posons des questions sur la nature, sur le monde extérieur, il y a une réalité qui existe indépendamment de ce que l'on peut en dire. Nous allons maintenant affirmer qu'une telle position est vide de toute signification. Il est évident que toute propriété ou caractéristique de la réalité "là dehors" ne peut être basée que sur les informations que nous recevons. Il ne peut y avoir de déclaration quelconque sur le monde ou sur la réalité qui ne soit pas basée sur de telles informations. Il s'ensuit que le concept d'une réalité sans au moins la capacité de principe de faire des déclarations à son sujet pour obtenir des informations sur ses caractéristiques est dépourvu de toute possibilité de confirmation ou de preuve. Cela implique que la distinction entre information, c'est-à-dire connaissance, et réalité est dépourvue de toute signification.

En un sens, la réalité est information ; tous les chemins scientifiques y mènent.

L’information sémantique nous offre un pont conceptuel entre le monde des objets et le monde des sujets, car elle se manifeste dans des aspects des deux domaines. Dans le monde des objets, l’information peut être représentée par des symboles constitués de supports physiques, tels que des caractères imprimés sur une feuille de papier ou des bits stockés sur un disque dur. Bien que ces symboles soient essentiels à la recherche scientifique, ils ne constituent pas une information en soi. C’est dans le monde des sujets – c’est-à-dire dans l’esprit des êtres sensibles – qu’une signification est réellement attribuée à ces symboles. On ne peut dire que l’information existe que lorsque nous établissons cette association symbole-signification (Faggin, 2021).

Plus formellement, l’information offre aux scientifiques une porte d’entrée dans le domaine subjectif pour les raisons suivantes:

  1. L’information n’existe que lorsqu’on attribue une signification à un symbole.
  2. On sait actuellement que l’attribution d’un sens aux symboles ne se produit qu’en présence de la conscience (Faggin, 2021).
  3. L’ontologie de la conscience est généralement une ontologie irréductiblement à la première personne (Searle, 1992).

Un corollaire important de ces propositions est que l’information implique nécessairement la conscience. C’est pourquoi elle nous offre un pont conceptuel vers le domaine subjectif : L’information peut chevaucher la frontière objectif-subjectif, la frontière entre les perspectives de la première et de la troisième personne. Les symboles qui ont des manifestations physiques dans les ontologies de la troisième personne se voient attribuer une signification – la syntaxe devient sémantique – uniquement en présence d’une perspective de la première personne. L’esprit conscient est actuellement le seul pont que nous connaissons pour franchir le seuil entre ces deux aspects de l’information. D’où l’affirmation du Dr B. Alan Wallace selon laquelle il n’y a pas d’information sans quelqu’un d’informé.

L’information est donc très différente des autres éléments constitutifs de la science comme la matière, l’énergie, l’espace et le temps, qui peuvent au moins être conçus dans une ontologie strictement à la troisième personne, indépendante de l’expérience subjective. Mais quelle que soit la métaphysique de chacun, l’information sémantique ne peut même pas être conçue dans une ontologie strictement à la troisième personne.

Par exemple, si les chiffres binaires 011001 sont imprimés sur un morceau de papier, une personne qui trouve ce papier sur le sol n’a aucune raison a priori d’interpréter les chiffres comme un codage pour vert, ou chien, ou 25. Les scientifiques n’ont pas découvert de loi de la nature qui dicte ce que les chiffres binaires doivent coder. Les chiffres n’acquièrent une signification que par rapport à un cadre conceptuel désigné par un agent conscient, fournissant un codage qui peut être utilisé pour dériver une interprétation. Si un cadre conceptuel différent est proposé, la signification change en conséquence. Indépendamment de tout cadre conceptuel, l’information est littéralement dénuée de sens, ce qui implique qu’elle n’a jamais été une information intrinsèquement sémantique.

Les gens débattent de la question de savoir si les informaticiens finiront par implanter un esprit dans le silicium qui aura une conscience et la capacité d’attribuer subjectivement une signification aux symboles. Toutefois, la vérité est qu’à l’heure actuelle, les symboles n’ont de sens que dans l’esprit des êtres conscients. En outre, le sens ne peut être exprimé dans le langage que par des utilisateurs conscients du langage.

Pourquoi les scientifiques devraient travailler avec des contemplatifs professionnels

Les contemplatifs professionnels fournissent l’accès à la plus haute résolution du monde aux processus fondamentaux qui créent l’information – les processus par lesquels le sens est extrait de notre monde, et à partir desquels tous les concepts, scientifiques ou autres, sont dérivés. Pour cette raison, les contemplatifs professionnels fournissent les meilleures sources de données concernant les phénomènes subjectifs tels que les pensées, les émotions, les souvenirs et la conscience.

Tous les autres instruments de la science – télescopes, microscopes, IRM, etc. – ne peuvent tout simplement pas franchir le seuil entre les perspectives de la troisième et de la première personne. Ils existent en tant que configurations de matière – conçues dans une ontologie de la troisième personne – et sont utilisés pour mesurer d’autres configurations de matière et d’énergie, qui sont également conçues dans la même ontologie de la troisième personne.

Actuellement, le seul « instrument » qui peut accéder à la perspective de la première personne est un être sensible. Et la version la plus raffinée de cet « instrument » à laquelle nous avons accès est le contemplatif formé professionnellement, qui a cultivé la technologie contemplative sous la forme d’une attention, d’une pleine conscience et d’une introspection exceptionnellement raffinées (figure 1).

Figure 1 : Les contemplatifs formés professionnellement offrent la technologie la plus raffinée – bien que d’un type différent de celui auquel les scientifiques sont habitués – dont nous disposons pour étudier directement la conscience, et donc pour étudier la création d’informations, puisque ce processus est actuellement connu pour ne se produire que dans l’esprit d’un être conscient..

Obtenir un tel aperçu de première main et à haute résolution des processus par lesquels le sens est dérivé de la réalité est extrêmement important, avec des implications pour pratiquement toutes les activités humaines – et certainement pour les sciences, qui considèrent de plus en plus l’information comme un concept fondamental dans la vision scientifique du monde.

L’une des plus grandes contributions scientifiques que les contemplatifs peuvent apporter est d’aider à clarifier la nature et les potentiels de la conscience, ainsi que les relations entre la conscience et d’autres aspects du monde naturel. Par exemple, les études sur ces sujets peuvent impliquer à la fois les neuroscientifiques qui cherchent à résoudre le soi-disant “hard problem” de la conscience et les physiciens qui cherchent à résoudre le problème de la mesure dans la mécanique quantique. L’hypothèse de travail du Centre pour la Recherche Contemplative (CCR) est que les progrès sur ces questions ont stagné « parce que l’empirisme radical qui a été la marque des grandes révolutions scientifiques du passé a été négligé lorsqu’il s’agit de l’étude scientifique de l’esprit » (Wallace, 2018, p. 205).

Les contemplatifs peuvent ainsi aider à réaliser la vision de William James d’un empirisme radical (James, 1976), qui n’a pas réussi à s’imposer dans la science suite au rejet de l’introspectionnisme. Le mouvement introspectionniste au sein de la psychologie n’aurait peut-être pas été rejeté si ses chercheurs avaient été exposés aux méthodes contemplatives avancées qui ont été développées en Asie des milliers d’années avant les débuts de la psychologie occidentale. Le monde du 19e siècle dans lequel vivait William James était malheureusement trop déconnecté – et franchement, les sociétés occidentales étaient trop ethnocentriques – pour que les scientifiques de l’époque puissent non seulement s’engager mais aussi apprendre des contemplatifs qui partageaient des intérêts empiriques communs. Au CCR, nous pensons que le temps est maintenant venu pour que cet échange ait lieu. Les scientifiques comprennent maintenant qu’aucune culture ne détient le monopole de la vérité, que des génies ont également surgi dans toutes les civilisations du monde et que diverses cultures ont pu faire de véritables découvertes dans des domaines que la science moderne n’a pas encore pleinement explorés.

L’un des défis de l’empirisme radical est de reconnaître que la faculté de perception mentale est un outil légitime de recherche empirique – un outil que les contemplatifs professionnels affinent depuis des milliers d’années, en grande partie en dehors du champ de la tradition scientifique occidentale. Le rapprochement de ces deux traditions donnera lieu à une convergence de preuves sans précédent qui pourrait permettre des progrès sans précédent sur le problème corps-esprit, le problème de la mesure et d’autres questions fondamentales qui restent des mystères pour les scientifiques modernes.

Une deuxième contribution scientifique que les contemplatifs peuvent apporter est de clarifier la nature du véritable bien-être, ou épanouissement humain. Que pouvons-nous faire pour atteindre un bonheur durable et résilient ? Dans quelle mesure pouvons-nous éliminer la souffrance ? Quelles sont les limites supérieures du bien-être ? Malgré les progrès étonnants de la technologie moderne, censée faciliter la vie, la dépression est désormais la principale cause d’invalidité dans le monde (Organisation mondiale de la santé, 2017). En outre, l’urgence climatique croissante démontre que la consommation insatiable est non seulement une mauvaise stratégie pour le bonheur, mais aussi une menace catastrophique pour nos écosystèmes. Bien que l’on suppose souvent que l’isolement social mène au désespoir, les contemplatifs de multiples traditions ont enduré à plusieurs reprises des mois, des années, voire des décennies d’isolement extrême pendant des retraites de méditation et sont sortis de ces expériences non seulement sans maladie mentale, mais profondément sains d’esprit : une attention aiguisée, une intelligence perspicace, une stabilité émotionnelle et une compassion profonde. Il existe d’immenses possibilités de recherche sur le pouvoir de transformation des pratiques contemplatives et d’application de ce pouvoir à un large éventail d’activités humaines, notamment l’éducation, la santé mentale, les affaires et le sport.

Les capacités d’attention des contemplatifs faciliteraient également les expériences de physique visant à vérifier si l’œil humain peut percevoir un seul photon de lumière – un signal terriblement petit, que les participants peuvent facilement manquer s’ils sont un peu inattentifs. Les physiciens ont proposé une version de ces expériences dans laquelle le photon est tiré sur une rétine alors qu’il est placé dans une superposition quantique. La façon dont nous percevons ce phénomène pourrait avoir des ramifications massives sur la façon dont nous formulons et interprétons les principes de la mécanique quantique (Holmes, 2019). Indépendamment de la façon dont cette expérience se révélerait, la méthode expérimentale constitue déjà un énorme changement de paradigme : Les rapports verbaux des participants sur leurs expériences seraient pris suffisamment au sérieux par les physiciens pour que les expériences subjectives puissent réellement être utilisées pour mettre à jour les théories physiques concernant les phénomènes objectifs. Étant donné que les participants seraient à la recherche d’un signal minuscule et que leurs perceptions pourraient avoir de grandes implications pour la science, les contemplatifs dotés d’une superbe stabilité attentionnelle seraient les participants optimaux, car ils pourraient atteindre un rapport signal/bruit exceptionnellement élevé dans leur perception visuelle.

Les exemples de recherche décrits ci-dessus ne sont en aucun cas exhaustifs ; ils sont simplement destinés à fournir des exemples de la façon dont les contemplatifs peuvent collaborer de manière significative avec les scientifiques dans une variété de disciplines. Au fur et à mesure que les contemplatifs continuent à s’engager avec la communauté scientifique dans un esprit d’ouverture, de nouvelles possibilités expérimentales et de nouvelles voies de collaboration sont susceptibles d’émerger.

Pourquoi les contemplatifs du CCR sont uniques

À notre connaissance, il n’y a jamais eu auparavant une communauté internationale de contemplatifs qui se sont engagés dans des retraites à plein temps, sur plusieurs années, sous la direction d’experts, tout en étant ouverts à une collaboration longitudinale avec la communauté scientifique. À cet égard, le CCR est conçu pour maintenir un ensemble de conditions favorables, dont la combinaison est actuellement difficile, voire impossible, à trouver ailleurs :

  • Les contemplatifs sont tous engagés dans des retraites de méditation à plein temps, méditant 8 à 12 heures par jour. Chaque contemplatif s’engage à faire une retraite d’au moins trois mois, bien que la plupart aient l’intention de faire des retraites de beaucoup plus longue durée (c’est-à-dire des années, voire des décennies). Ce niveau d’engagement offre au CCR des possibilités sans précédent d’études longitudinales sur les effets de la méditation, ainsi que d’autres types de recherche.
  • Les contemplatifs sont ouverts à la collaboration avec la communauté scientifique. Les personnes qui postulent pour suivre une formation au CCR comprennent la vision de l’organisation et sont donc disposées à travailler avec des scientifiques de différents domaines. Ce type d’ouverture à la collaboration n’est pas souvent présent chez les contemplatifs du monde entier, qui peuvent n’avoir que peu ou pas de contacts préalables avec la science et peuvent donc ne pas voir son potentiel.
  • Les contemplatifs sont formés dans des environnements de retraite exceptionnellement propices. Le lieu principal du CCR, Miyo Samten Ling à Crestone en Colorado, est un ermitage de 45 hectares situé près massif montagneux de Sangre de Cristo. Tous les contemplatifs ont leur propre cabane privée, loin de tout bruit ou distraction. Le CCR développe activement des sites similaires dans d’autres pays du monde.
  • Les contemplatifs sont dirigés par le célèbre érudit bouddhiste et professeur de méditation Dr. B. Alan Wallace, qui a 50 ans d’expérience de la méditation et a été formé sous la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Le Dr Wallace a également co-conçu The Shamatha Project, une étude de référence sur la méditation, réalisée en 2007, qui a évalué les effets de la méditation à long terme sur une variété de facteurs physiologiques et psychologiques.
  • Les contemplatifs sont issus de milieux divers, ce qui démontre que les effets de la méditation ne sont pas exclusifs à une race, une ethnie, un sexe, un groupe d’âge, une culture ou un système de croyances. Bien que le CCR soit spécialisé dans les méthodes contemplatives bouddhistes, nos retraitants actuels ne sont pas tous issus de milieux bouddhistes. Il s’agit d’hommes et de femmes d’âges variés, issus de diverses traditions religieuses, dont l’islam, le christianisme et le judaïsme. Nous prévoyons que dans les prochaines années, les retraitants viendront de plus de douze pays sur cinq continents.

Références

D’Espagnat, B. (1979). The Quantum Theory and Reality. Scientific American, 241(5), 158–181.

Faggin, F. (2021). Consciousness Comes First. In E. F. Kelly & P. Marshall (Eds.), Consciousness Unbound: Liberating Mind from the Tyranny of Materialism (pp. 283–319). Lanham, Maryland: Rowman & Littlefield.

Holmes, R. (2019, April 24). Seeing the quantum world. Aeon. Retrieved from https://aeon.co/essays/an-eye-on-experiments-that-make-quantum-mechanics-visible

James, W. (1976). Essays in Radical Empiricism. Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press.

Linde, A. (1998). Universe, Life, Consciousness. In Science and Spiritual Quest. Retrieved from web.stanford.edu/~alinde/SpirQuest.doc

Searle, J. R. (1992). The Rediscovery of the Mind. Cambridge, Massachusetts: MIT Press.

Sullivan, J. W. N. (1931, January 29). Interviews with Great Scientists VI: Max Planck. The Observer.

Wallace, B. A. (2018). Fathoming the Mind: Inquiry and Insight in Düdjom Lingpa’s Vajra Essence. (E. Natanya & D. Blundell, Eds.). Somerville, Massachusetts: Wisdom Publications.

Wheeler, J. A. (1990). Information, Physics, Quantum: The Search for Links. In W. H. Zurek (Ed.), Complexity, Entropy, and the Physics of Information (Vol. VIII). CRC Press.

World Health Organization (2017). Depression and Other Common Mental Disorders: Global Health Estimates. Geneva.

Zeilinger, A. (2004). Why the quantum? “It” from “bit”? A participatory universe? Three far-reaching challenges from John Archibald Wheeler and their relation to experiment. In J. D. Barrow, P. C. W. Davies, & C. L. Harper, Jr. (Eds.), Science and Ultimate Reality: Quantum Theory, Cosmology and Complexity, honoring John Wheeler’s 90th birthday (pp. 201–220). Cambridge: Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/cbo9780511814990.014